Campanistes

plus de 200 ans d’expérience au service du clocher

Cloche Cécile avec joug bois - photo prise par Yannick Perrin

Campaniste est avant tout un métier, l’entreprise PACCARD est spécialisée dans l’ingénierie des clochers (civils ou religieux) et assure l’installation des équipements permettant les sonneries de cloches (battant, joug, beffroi…).

L’appellation de ce métier est aussi contemporaine qu’il est ancien. Tellement il recouvre de spécialités différentes, il n’y avait pas de nom qui le désignait. On parlait parfois de « réparateur de clocher ». Jusqu’à ce qu’un « campaniste », Mr. Laumaillé, avec de la ténacité, réussit à le faire entrer au dictionnaire vers 2005.

Campaniste regroupe une grande variété de métiers : charpentier pour l’installation des beffrois et structures bois, horloger pour les mécanismes, mécanicien pour l’installation des battants et des jougs, électromécanicien pour les moteurs et les fonctionnements électriques, électricien pour toutes les installations électriques, électronicien notamment pour les systèmes de commandes automatiques programmées, restaurateur de mécaniques anciennes.

Il existe différents types de jougs, dont l’usage varie aussi bien selon les régions que selon les contraintes imposées par le clocher.

En fonction des traditions locales, de l’encombrement, de la taille des cloches, de la résistance du beffroi, le campaniste est amené à choisir un joug bois en mode lancé, un joug métal système rétro ou encore un joug bois rétro équilibré.

01 Qu’est-ce qu’un beffroi ?

Le beffroi est la structure – en bois ou en métal – qui supporte le poids des cloches et permet leur sonnerie à la volée (cloche en mouvement) ou en tintement (cloche à poste fixe). Il permet d’isoler les cloches des murs du clocher, afin de protéger celui-ci des efforts – parfois fort violents – développés par la ou les cloches en mouvement.

Le plus souvent, le beffroi se trouve à l’intérieur d’un clocher, mais pas toujours. Ainsi, dans le nord de la France – berceau des carillons de type flamants – trouve-t-on des beffrois dans des tours « civiles » qui, par extension, portent également le nom de beffrois. Le plus populaire est peut-être aujourd’hui celui de Bergues, rendu célèbre par le film « Bienvenu chez les Ch’tis »… et qui abrite un carillon PACCARD de 48 cloches.

L’mportance du beffroi dans la préservation du patrimoine campanaire :

Un beffroi mal conçu, et c’est peut-être plusieurs siècles d’histoire menacés de ruine… Ainsi, les efforts exercés par les cloches, répercutés sur le clocher par un beffroi mal isolé, provoqueront de manière certaine et à plus ou moins long terme, des dommages irréversibles sur le clocher.

C’est pourquoi, pour tous travaux campanaires, il est important de faire appel à un campaniste, technicien spécialiste dans l’installation et l’entretien de la cloche et de ses équipements.

PACCARD, en plus d’être fondeur de cloches de père en fils depuis 1796, conçoit, installe et entretient beffrois et clochers dans le monde entier, depuis plus de 200 ans et dans le respect de chaque spécificité régionale. PACCARD intervient sur tout le Rhône Alpes pour l’étude, l’installation ou la maintenance de votre patrimoine campanaire.

02 Les sonneries

La cloche ayant été montée et installée dans le clocher, il s’agit de la faire sonner.

Le tintement est la manière la plus simple de faire résonner une cloche. Celle-ci est fixe et demeure immobile, le sonneur la frappe avec un marteau métallique sur l’extérieur. Le sonneur peut aussi tirer la battant par une corde attachée à son extrémité.

La volée est le balancement régulier de la cloche suspendue à son joug dans le respect des traditions locales. Ce mouvement est toujours horizontal. En Italie du Nord et en Angleterre, les cloches sont dressées vers le ciel et retombent l’une après l’autre en une succession d’arpèges ou de fragments de gamme allant de l’aigu au grave : c’est le « change ringing ». En Espagne, la spécialité locale est la « volée tournante » un mode sonnerie dans lequel la cloche fait un tour complet sur elle-même.

De nos jours, le tintement d’une cloche est commandé électriquement.

03 L'horlogerie

Primitivement, les horloges assuraient uniquement l’entraînement des aiguilles des cadrans et la sonnerie des heures, mécaniquement, grâce à de magnifiques mouvements dont la force motrice n’était que la descente très lente et contrôlée d’un énorme poids. Aujourd’hui, ces fonctions sont programmées à l’aide de véritables horloges ordinateurs. On a gagné en efficacité, mais certainement perdu en poésie, et un métier, celui d’horloger de tour, a disparu au profit de celui de programmeur